On a bien fait de déambuler longuement dans l'effervescence de Port Louis et la tranquillité des belles allées ombragées de Pamplemousses, car s'en est ensuivi un cyclone nous empêchant de vadrouiller! C'est la dame d'une échoppe qui nous a avertis, on n'y croyait pas trop jusqu'à ce qu'on aide des pêcheurs en train de tirer les bateaux sur le sable qui nous ont confirmé la bonne nouvelle...On s'en est bien sorti car finalement il y a eu une seule journée où on n'a rien pu faire tant il pleuvait et ventait (on en a profité pour aller au cinéma!); c'est surtout la Réunion qui a été violemment touchée. M'enfin c'est quand même pas de bol car les cyclones sont apparemment rares à Maurice...

Qu'est-ce qu'on fait quand on ne peut pas vadrouiller? On se prépare de bonnes choses à manger à la maison pour se consoler :p 
Ici un gloubi-boulga de crêpes, bananes caramélisées et chocolat...


Après avoir constaté que les routes mauriciennes se prêtaient bien à la conduite de scooter, on a décidé de pousser dans le sud. Plus de deux cents bornes dans la journée en traçant sur l'autoroute (110 km/h en position aérodynamique!), on s'est fait plaisir mais on avait sacrément mal au c... en rentrant! On a commencé par se rendre à Grand Bassin, un lieu de culte pour les hindous. La légende raconte en effet que Shiva qui transportait le Gange sur sa tête renversa plusieurs gouttes d'eau, celles-ci se transformant alors en lac sacré. Les rives sont bordées de temples hindous qui accueillent plusieurs pèlerinages et fêtes chaque année.

 L'immense statue de Shiva qui fait près de trente mètres de haut!




Initialement on avait prévu de se faire une petite rando dans le Black River Gorges National Park. Mais après avoir constaté le gros problème de balisage à Tamarin, on était un peu refroidis....Ajouté à ça qu'on était un peu juste niveau temps pour faire tout ce qu'on avait prévu dans la journée, on a seulement profité du paysage et de la pureté de l'air en empruntant la belle petite route de Plaine Champagne qui traverse le parc. C'était agréable comme tout. On en a profité pour aller voir la cascade d'Alexandra, qui ne vaut pas franchement le détour mais tant qu'on y était!
 



Après ça direction Chamarel. Alors là ça a été la grosse déception! Je me doutais que ce serait touristique mais pas à ce point...On a failli rebrousser chemin, mais vu le trajet qu'on s'était tapé on a quand même décidé de le faire malgré les hordes de touristes. Le site des sept couleurs est une petite étendue de terre caractérisée par des variations chromatiques: il y a du rouge, de l'ocre, du violet, du marron, de l'orange, etc. C'est très joli mais on est à la queue leu leu avec le genre de touristes qui bouge de son transat une fois dans tout le séjour. Comprenez les beaufs rougis par les coups de soleil, la graisse flageolante, l'essoufflement à la limite de l'asphyxie après avoir marché trois mètres, et qui vous font profiter de leurs traits d'esprit sans complexe. Je sais, je suis méchante et j'exagère, mais pour le coup c'était vraiment un florilège assez caricatural de touristes qu'il nous a été donné d'observer ici (pour info le site des vingt-trois couleurs est apparemment beaucoup moins fréquenté).







On peut également admirer la cascade de Chamarel qui fait une bonne centaine de mètres de hauteur. C'est magnifique mais on était déçus car il y avait juste un point de vue, on ne pouvait pas du tout se balader.

 


Craignant de manquer d'essence pour le retour, on se met en quête d'une station-service. Le premier type à qui on demande de nous indiquer la station la plus proche nous assure qu'il y en a une à quatre kilomètres environ. Parfait! On roule, on roule, mais on ne voit toujours rien....Du coup on redemande à des gens qui nous confirment qu'on est dans la bonne direction. Mouais, tout ça ça n'inaugure rien de bon, au final on se retrouve à descendre une montagne, on gagne la côte où on admire au passage le très beau panorama du Morne Brabant, mais toujours pas de station à l'horizon! Tous les gens qu'on croise nous disent "Si, si, dans trois cents mètres!". Eh bien croyez-le ou non, au final les quatre kilomètres du départ se sont transformés en quarante kilomètres!!! Hallucinant, les Mauriciens -et pour le coup on a demandé à une bonne dizaine de personnes- ont clairement un gros problème d'évaluation de distance, encore heureux qu'on n'était pas en rade...Pour le coup on était vénères, mais comme à toute chose malheur est bon, on en a profité pour rentrer par la côte. C'était magnifique, on s'est même arrêtés à la ville balnéaire de Flic en Flac qui nous a grandement rappelé notre Grand Baie.




De la côte est on n'aura pas vu grand-chose. On s'est juste baladés un peu, mais à cause des averses on n'a pas poussé plus loin que le pittoresque village de pêcheurs de Poudre d'Or. En tous les cas, l'est de l'île est préservé des touristes, c'est assez sauvage. On a bien rigolé en passant à Goodlands; chaque ville se voit associé un thème (pour Grand Baie c'est le respect, on a croisé la courtoisie, la compréhension, etc.) et voyez un peu de quoi ont écopé les pauvres habitants de cette bourgade:



 Aux alentours de Poudre d'Or
 Une dernière vue sur les champs de canne à sucre avant de repartir à Paris...




Libélés : , , , , , , , , .
Vous pouvez laisser un commentaire et suivre les réponses grâce à son flux RSS 2.0.

0 commentaires: