Des cookies vegan tout ce qu'il y a de plus ordinaires...
et tout ce qu'il y a de plus bons!
à s'en lécher les babines malgré ses 0% de MG




Sokcho compte deux grands lacs: l'un est préservé (Yeongnangho lake), tandis que les bords de l'autre sont très construits (Cheongchoho lake). Le premier était situé à deux pas de mon appart: je pouvais admirer le splendide coucher de soleil sur les eaux depuis ma fenêtre!

J'ai entrepris d'en faire le tour mais j'ai été assez déçue. Comme on en vantait le côté sauvage, je m'attendais à une balade dans un cadre naturel avec beaucoup de tranquillité. En fait le chemin longe une route relativement fréquentée, ce qui fait qu'on n'a pas vraiment l'impression d'être dans un cadre préservée. Certains spots sont quand même sympas car plus tranquilles, mais ça casse pas trois pattes à un canard.







Sur le chemin on peut accéder à un petit pavillon sympa et surtout qui est construit en hauteur au pied d'énormes rochers. C'est facile de les escalader (attention à avoir des chaussures qui ne glissent pas quand même!) pour admirer une jolie vue.




 


 

Après cette petite grimpette j'ai continué mon tour, mais ils refaisaient le goudron alors ça schlingait la mort! J'ai quand même trouvé un chouette coin pour pique-niquer, où on pouvait descendre près de l'eau, ce qui était quand même plus sympa que la route et les voitures. Sauf qu'au bout de vingt minutes, un couple est arrivé...pour faire voler son drone! J'ai donc fini mon pique-nique dans un vrombissement insupportable et des gloussements incessants ; bon de toute façon je suis maudite dans ce pays...






  Les rochers où j'étais tout à l'heure




 



J'avais repéré une balade autour de Cheongchoho lake à partir de la Sokcho Expo Tower [je n'ai pas pu y monter car elle était fermée ce jour-là, pas de bol] mais je n'en attendais pas grand-chose. Eh ben finalement c'était très cool et beaucoup plus tranquille que Yeongnangho lake; comme quoi! En fait ils ont aménagé la promenade à distance de la circulation, donc on peut vraiment respirer. On y admire des petits bateaux, des fleurs...et les sacrées ajuma qui y font leur exercice quotidien (entre vieilles biques copines, parées de leurs plus beaux atours fluos et coiffées de leur indévissable casquette).




 Le chemin qui défonce les pieds


 ATTENTIOOOOOON!!!!





 
 





J'ai déjeuné sur l'herbe, bien tranquillement, à proximité de petits groupes de nanas qui pique-niquaient elles aussi. J'avais en tête de piquer un petit roupillon mais c'était sans compter sur les pervers du coin, à qui je décerne la palme des vieux cons croisés dans ce pays. Les types s'arrêtaient pour se planter carrément devant moi pour me dévisager sans gêne aucune! Putain mais sérieux, j'avais envie de les fracasser! 








Pour terminer: les aspects pratiques pour ne pas mourir de faim dans ce pays si vous êtes vegan; et pour ne pas finir en prison pour avoir tapé une ajuma ou décalqué un vieux vicelard




Je ne résiste pas à vous montrer mon dernier projet de double lettrage chicano réalisé by Laura Satana, la tatoueuse la plus badass et la plus adorable que j'ai jamais vue! 
Six heures de souffrance au total, je n'aurais jamais imaginé que ça ferait si mal...Je m'attendais à en baver vu l'emplacement, mais pas autant; c'était à la limite du supportable! Sur la table je me suis maudite plus d'une fois d'avoir eu cette idée à la con lol, je n'ai jamais autant douillé avec un tatouage, même derrière le genou (et pourtant ça fait pas du bien!). 

Mon Juju d'amour vient pour sa part de se faire tatouer l'intérieur de la main, complètement frappé ce mec hihi! 








Si vous avez apprécié Daepohang port, je vous conseille d'aller également faire un tour à Dongmyeong. J'ai beaucoup aimé m'y balader en fin de journée quand le soleil commençait à  décliner ; les couleurs étaient superbes et l'ambiance était à la détente. On y retrouve des blocs de béton anti-tsunami, une grande jetée, des bateaux industriels, des gens qui flânent et un joli phare très photogénique dans l'azur. Avec une petite brise légère qui me chatouillait le visage et une glace à l'eau du Seven Eleven en guise de goûter, j'étais pas mal! 


   



  Interdiction de fumer dans le port, les fumeurs doivent aller dans la smoking zone! 
Non-fumeurs 1 -fumeurs 0


Les montages du Seoraksan au loin
 








A l’extrémité de Dongmyong se trouve le Sokcho Lighthouse Observatory; une tour qui offre de superbes panoramas. Je vous conseille vraiment d'y monter, vous surplomberez tout à la fois le port, la ville, la mer et les  plages qui s'étendent à perte de vie. Il y souffle un vent de ouf!




Les emblématiques ponts de Sokcho


Ça m'a donné envie de descendre sur les plages aperçues du haut de l'observatoire. Hojoon m'avait dit qu'elles étaient moches et que ça ne valait pas le détour, mais pour le coup je les ai largement préférées à Sokcho Beach! ! Elles sont plus étendues (on peut s'y promener longuement), plus sauvages (il y a largement moins de monde) et plus belles à mon goût. Au soleil couchant c'était superbe, tout était doré. Par contre j'ai fait mon boulet, j'ai voulu sauter par-dessus une rigole d'eau de mer et plouf, j'ai atterri en plein dans l'eau! Résultat des courses; un bruit de scrountch-scrountch à chaque pas sur tout le trajet pour rentrer à la maison...

J'ai bien aimé aussi observer la vie locale environnante populaire. Il y a les restaurants où les gens viennent manger en famille, les riverains qui observent les gens passer depuis leur porte, les vieux en bande qui discutent avec passion, les jeunes qui stationnent n'importe comment avec leur voiture...Bon vu que c'est des restaurants de fruits de mer et de poissons, ça m'a quand même fendu le cœur de voir ces pauvres bêtes entassées dans de minuscules aquariums, attendant d'être bouffés...


Les petits escaliers qui permettent 
de descendre jusqu'aux plages







Ma Yam' me manquait, du coup j'ai bavé sur le jet-ski!








Je suis retournée à ces plages le dernier jour pour profiter de leur quiétude. J'avais hésité entre ça et refaire un tour au Seroraksan National Park pour une troisième fois, mais le trajet en bus me soulait. J'étais installée bien tranquillement au bord de l’eau, au soleil avec mon bouquin et mon goûter, jusqu’à ce que deux vieux viennent se poser à une dizaine de mètres de moi; putain y avait toute la plage, non fallait qu'ils me collent! Evidemment, comme tous les vieux de se satané pays, ils ont passé leur temps à me fixer avec leur vieux regard vicelard. J'étais à deux doigts d'aller me planter devant eux pour leur dire ce que je pensais de leurs sales manières, mais j'avais accumulé trop de lassitude depuis ces deux semaines. Marre des vieux cons mateurs, des vieilles biques insupportables, des gens braillards et sans-gêne; bref, plus d'énergie pour monter au créneau une nouvelle fois.


  
 
 





Au prochain numéro: comment il ne faut pas se fier à l'apparence des lacs de Sokcho!