Hormis la réserve de nasiques de Labuk Bay, il y a dans le coin un autre truc particulièrement cool à faire si vous aimez observer les animaux. Il s'agit des "croisières" sur la Kinabatangan river. Je mets les guillemets car en fait de croisières, ce sont de simples barques à moteurs; donc ne vous attendez pas à de jolis petits bateaux tout confort! A Sepilok on est tombés par hasard sur Uncle Tan, spécialiste de l'observation de la faune et de la flore depuis près de vingt ans. Ils proposent différentes formules; de notre côté on a opté pour "1 nuit dans la jungle + 1 croisière de nuit + 1 croisière le matin". C'était très bien; vu les conditions, je pense que deux nuits auraient été un peu trop et les gens qui ont fait la rando nocturne dans la jungle nous ont dit que c'était vraiment éprouvant tant il y avait de moustiques (ils en étaient littéralement recouverts; avec mes allergies c'était un coup à ne pas finir le voyage!) .

On a commencé par prendre un bus puis un bateau pour rallier le camp dans la jungle. Il tombait des trombes d'eau, embarquer sur le bateau a été toute une histoire, avec la boue ça glissait énormément et on a tous failli se vautrer en beauté! Heureusement ça s'est ensuite calmé. La Kinabatangan est marron de chez marron, c'est assez déroutant....


 
 

 
Je m'interrogeais à propos du camp dans la jungle parce qu'à les entendre c'était vraiment à la dur, genre aventuriers pour de vrai! Bon, on est loin du resort c'est clair, mais on est complètement pris en charge; pour le coup Uncle Tan se la joue un peu...On a d'abord assisté à une petite réunion où on nous explique plein de choses intéressantes sur la jungle et où on nous donne des informations sur les sorties. Ca a été aussi l'occasion de percuter que les moustiques sont VRAIMENT un problème, j'avais les jambes couvertes de boutons en quelques minutes malgré le répulsif! Pantalon obligatoire...Le temps de visiter un peu le camp et de s'installer dans notre espèce de case, c'était déjà l'heure du dîner. Même si d'ordinaire on n'est pas pas très fan de l'ambiance all friends, on a trouvé que c'était vraiment sympa. Il y avait des gens qui venaient de partout et on s'est régalés. Les repas sont faits sur place avec des produits frais et ils sont très attentifs au régime alimentaire de chacun (incroyable tout de même que l'intolérance au gluten soit plus connue au fin fond de la jungle malaise que dans les bistrots parisiens!).

Ensuite c'était la croisière nocturne tant attendue! Point de vue animaux on a surtout vu des oiseaux; c'est avant tout l'ambiance qui était extraordinaire. Voguer dans un profond silence au cœur de la jungle, avec comme seules lumière celles de la lune et d'une petite lampe torche, quelle expérience mes amis!




Un bébé alligator


On a adoré, on n'avait pas du tout envie de rentrer! D'autant que la nuit fut assez...difficile. On a l'habitude de dormir dans des conditions assez sommaires avec le camping (encerclés au Japon par un troupeau de daims au galop, déménageant la tente sous une pluie battante à Taiwan...), mais on n'avait encore jamais été confrontés à des Italiens ronfleurs!! On a en effet partagé notre case avec deux types qui avaient l'air assez sympas jusqu'à ce qu'on se couche. Et là c'était parti pour des ronflements non stop qui couvraient même les bruits de la forêt (dommage car vu que les cases étaient ouvertes, c'était sympa d'écouter les mille et un bruits de la jungle). On n'a pas fermé l’œil de la nuit et vu qu'on devait se lever à 5h, inutile de vous dire qu'on n'était pas bien frais...A peine le temps de s'extirper de notre moustiquaire et de jeter un œil mauvais à nos Italiens qui arboraient, EUX, un teint de rose, nous voilà partis pour la seconde croisière.




L'atmosphère était très différente de la première. Comme on était aux aurores, la vie s'éveillait un peu partout le long de la rivière. Emerveillés, on a pu observer des loutres, des calaos, des singes, mais surtout un magnifique orang-outan qui évoluait tout en haut des arbres. C'est certainement l'une des plus belles choses qu'il m'ait été donnée de voir dans ma vie! Il était si tranquille, si majestueux; on s'est pris une sacré claque de la nature en le regardant. J'en garde un tel souvenir qu'il m'est désormais impossible de voir des orangs-outans en captivité, ça me transperce le cœur car je repense toujours à ce géant roux qu'on a eu la chance de croiser à Bornéo.








 

De retour au camp, on est un peu tristes de se dire qu'on va quitter ce merveilleux endroit. C'est  réconfortant et flippant à la fois de constater qu'il existe encore des lieux sauvages comme ça; finalement cette excursion aura été avant tout l'occasion de se rendre compte de plein fouet de leur fragilité. Un brin mélancoliques, on fait un dernier tour dans le camp, tout est inondé!

 




Retour à Sepilok par le bateau puis le bus, on arrive à la voiture dans un état pas possible: crottés, trempés et puants! (dans le camp on ne peut se laver qu'avec l'eau de la Kinabatangan; on a préféré puer. Evidemment c'est le jour où mes règles ont débarqué, je peux vous dire que j'ai béni ma mooncup...).

Au prochain numéro: un petit goût de paradis et comment j'ai corrigé un type qui m'avait pincé les fesses!




Libélés : , , , , , , , , , , , .
Vous pouvez laisser un commentaire et suivre les réponses grâce à son flux RSS 2.0.

0 commentaires: