Après en avoir pris plein les mirettes en vadrouillant dans le nord, on décide de continuer d'explorer le coin qui s'avère décidément fort joli. Mais la beauté des paysages se paie...C'est un doux euphémisme de dire que le trail n°9 (Banagher glen and forest) nous en aura fait baver, on en a carrément ch....! On a mis près de sept heures pour en venir à bout, non pas à cause du dénivelé (c'est quasiment plat), mais à cause du manque d'indications. Avec trois pauvres flèches de balisage on n'aurait eu aucun souci; mais non c'est bien plus drôle de ne jamais indiquer le chemin. A croire qu'ils planquent des caméras pour ensuite pouvoir se fendre la poire devant l'énervement du pauvre marcheur, excédé d'avoir pris une fois de plus la mauvaise direction et de devoir revenir sur ses pas! (en même temps on a croisé en tout et pour tout un seul autre pèlerin en sept heures!)

A peine quelques minutes après le début de la rando, on se trouve face à une première intersection avec à gauche un attrayant petit chemin et à droite un sentier barré d'une grosse barrière avec un panneau "interdit" dessus. Bon, je ne sais pas vous, mais comme toute personne normalement constituée, nous on s'est tout naturellement dirigés vers la gauche. Sauf que ça me semblait quand même bizarre au vu du plan et ça n'a pas loupé, au bout de vingt minutes on arrive à une propriété privée. Premier demi-tour, on escalade donc finalement la barrière et on se lance sans trop savoir où on va. Finalement c'est le bon chemin, celui-ci serpente dans un paysage montagnard  tout ce qu'il y a de plus chatoyant: des sapins, une rivière chantante, de l'air pur et des petites fleurs roses; je suis aux anges! 




 Première pause près d'un petit réservoir, l'eau est toute marronnasse c'est assez bizarre!



Après avoir pique-niqué sur un petit pont surplombant la rivière, on traverse une jolie forêt. Il y a énormément de mousse, c'est dommage car ça ne rend pas en photos mais les amas sont impressionnants. On devise gaiement, et là boum on débouche d'un coup sur la route. C'est la loose car on n'est pas sensés du tout y arriver maintenant...Mon ex consulte la boussole de son smartphone (celle qui nous avait déjà sauvés à l'île Maurice! J'avoue que cela a considérablement diminué mon hostilité envers ce type d'appareil...) et on prend ce qui nous semble la bonne direction. On marche, on marche, on voit un sentier qui repart dans la nature alors hop on s'y engouffre, sauf qu'il finit par un cul-de-sac après plusieurs centaines de mètres!! On est dégoûtés et on décide en pestant de faire demi-tour pour voir si on n'a pas loupé un embranchement dans la forêt. Et là qu'est-ce qu'on voit? Un pauvre petit chemin merdique qui semble partir vers une sorte de carrière, pas du tout le genre de truc qui pourrait faire penser à un trail! 


 





On arrive enfin à l'Altnaheglish reservoir, on est déjà bien énervés mais c'est tellement beau qu'on finit par s'apaiser. Jusqu'à ce que -je vous le donne en mille- on arrive à un nouveau cul de sac...Devant nous l'eau, sur le côté de la végétation mais sans aucun chemin, mon ex propose qu'on s'y engage pour en finir avec ce putain de trail. Je suggère de faire une nouvelle fois demi-tour (la troisième si vous avez bien suivi!) car j'avais repéré un sentier qui semblait partir du mauvais côté. Et effectivement, il fallait penser à partir dans la direction opposée car ensuite le chemin tournait complètement. Le vieux truc de con puisque du coup impossible de se fier à la boussole! Du grand n'importe quoi, on est ultra vénères et en plus c'est super long de faire le tour du réservoir, ça n'en finit pas. On finit par enfin boucler cette rando, magnifique mais ô combien irritante!




En rentrant, on tombe nez-à-cul avec un troupeau sur la route!


Le trail n°8 (Roe valley country park) s'apparente davantage à une balade qu'à une rando. Comble de l'ironie, cette fois on s'emmerde à aller chercher une carte et à se la faire expliquer au Visitor centre, alors qu'il n'y a pas plus simple: il suffit de suivre la rivière! (le type a dû nous prendre pour des demeurés...). Ca ne casse pas trois pattes à un canard mais c'est mignon, idéal avec des enfants.



 

 Je ne me lasse pas de ces petites bêtes^^ Quel dommage qu'elles ne veuillent pas se faire caresser!
 Le coin idéal pour un bon goûter en amoureux :p




Enfin le trail n°18 (Peatlands park) est du même acabit: une sympathique petite balade, pépère, qui ne sera sûrement pas la plus belle de votre vie mais qui aura l'avantage de ne pas vous prendre la tête puisque parfaitement balisée. Au programme: de la forêt, un lac et les rumeurs de l'autoroute en bruit de fond puisque celle-ci est toute proche! (ça fait assez drôle, pour le coup je n'ai pas trop aimé car ça troublait quand même la quiétude des lieux...).


Un petit coin sympa sur la route du retour




La suite: comment on s'est retrouvés obligés d'écouter une chorale pendant une heure et demi à Belfast!



Libélés : , , , , , , , , , .
Vous pouvez laisser un commentaire et suivre les réponses grâce à son flux RSS 2.0.

0 commentaires: