Le Sabah se mérite...Au total il nous aura fallu plus de quarante heures pour rallier Kota Kinabalu! En fait notre premier vol a été annulé, ce qui fait qu'on a loupé les deux suivants et passé autant de temps à patienter dans les aéroports que dans les airs. Bref, on était légèrement sur les nerfs en débarquant à KK et on espérait que tous ces tracas en vaudraient le coup. Ils le valaient; pour tout vous dire on a tellement kiffé qu'on aurait pu se rajouter encore une dizaine d'heures sans problème :p

L'aéroport est éloigné du centre-ville et comme on ne devait récupérer la voiture que le surlendemain, nous voilà en quête d'un arrêt de bus. Ce serait trop simple de le mettre juste devant l'aéroport, non non c'est bien mieux de le mettre en plein sur la nationale! Une chance cependant, les habitants du Sabah sont généralement si contents de voir des touristes occidentaux qu'ils se montrent super gentils et accueillants. Du coup on n'a même pas eu le temps de faire dix pas jusqu'à l'arrêt qu'un bus nous klaxonnait pour nous embarquer. Premiers échanges avec des Malais et l'occasion de se rendre compte qu'à quelques exceptions près, ils sont chaleureux et chouchoutent leurs touristes.

Après avoir déposé les sacs à la GH, on commence par aller voir la tour de l'horloge Atkinson, l'un des rares édifices à être resté debout après les bombardements de 1945. C'est assez moche donc zou, on file au belvédère de Signal Hill qui permet d'embrasser la ville du regard. Sur la route on voit un serpent mort dans le caniveau et on se fait klaxonner par des motards surexcités qui nous saluent avec enthousiasme, c'est franchement bizarre!! La vue est jolie mais malheureusement ça ne rend rien en photo à cause de la brume de chaleur.

Une jolie plante sur le chemin

Petite balade sur le front de mer puis première expédition pour trouver un truc où je puisse manger, d'expérience je sais que dans les grandes villes c'est toujours plus compliqué...Lasses de chercher, on finit par s'arrêter dans un petit resto de rue avec un genre de buffet. Là je me dis que si j'en réchappe je pourrais manger n'importe où: il y a des sauces dans chaque plat, ça sent le piment à dix mètres, l'utilisation des couverts ne laissent aucun doute quant à une éventuelle contamination croisée et les services d'hygiène français auraient depuis longtemps exigé la fermeture de l'établissement! Et puis merde, j'en ai marre de mes intolérances alors tant pis, je m'aventure à goûter quelques trucs en priant pour éviter au moins l'irruption spectaculaire de boutons. Eh bien finalement c'est très bien passé, j'en revenais pas puisqu'à Paris je vais jusqu'à amener ma propre bouffe chez mes amis!

Le soir je suis complètement HS, heureusement que Fabinou a des réserves d'énergie pour deux...Il me traîne au marché de nuit, avec ces bonnes odeurs je suis toute ragaillardie! C'est très pittoresque, on a beaucoup aimé se balader entre les étals et observer les Malais faire leurs emplettes.

C'est le nouvel an chinois alors il y a des lampions partout

On sent que c'est une ville portuaire, il y a un très grand choix de poissons




Pour manger je vous recommande d'essayer le barbecue philippin. C'est excellent, on a tellement aimé qu'on y est même retourné le lendemain. On a choisi un poisson, des petits poulpes et des énormes gambas (les plus grosses que j'ai jamais vues!) qu'ils ont pris soin -malgré mes suppliques désespérées à l'autre bout de la table- de badigeonner d'une sauce rouge vif...Là aussi c'est passé comme une lettre à la Poste, en Malaisie il faut croire que mes intolérances sont en berne!

Ils vendent aussi des petites brochettes de poulet mais elles ne sont pas terribles
Il y avait même des homards mais c'était trop cher
 
L'incontournable noix de coco pour fêter le début du voyage :)


A cause de nos aléas de voyage on avait perdu une journée à KK. Du coup, pour la seule journée qui nous restait, on s'est posés la question de savoir si on allait traîner dans les mosquées et les musées ou bien prendre le bateau pour l'une des petites îles environnantes. Le beau temps nous a décidés, en avant pour Pulau Manukan!

Il faut commencer par acheter un ticket et c'est déjà toute une aventure! On se retrouve dans un hall grouillant de monde et après avoir joué des coudes pour parvenir au guichet, nous voilà à guetter le type qui doit nous emmener au bateau. Tac il arrive et un groupe de personnes se lève précipitamment, il galope avec tout ce beau monde sur ses talons, il s'agit de ne pas le perdre de vue car la jetée est bondée. C'est le gros bordel car il y a plusieurs îles, dans la cohue je me demande si on ne va pas atterrir sur une autre île par erreur! Finalement on embarque sur un petit bateau qui dépose les gens selon leur destination (rien compris à leur système de tri) et vogue la galère.

Pulau Mamutik est jolie mais ce n'est qu'une grande plage, on est contents d'avoir choisi plutôt Manukan. C'est la grande excitation en découvrant l'embarcadère, l'eau est d'une limpidité!




On peut facilement s'occuper la journée entière, d'autant qu'il y a de nombreuses facilities sur l'île: restos, locations de kayak, etc. La plage principale est très belle mais un peu trop peuplée à notre goût, du coup on s'éloigne en empruntant un petit chemin pavé qui s'enfonce dans la forêt. D'un coup on voit surgir un énorme truc du bas-côté, c'est un varan! Il fait bien 1m50, on est super impressionnés. Lui continue tranquillou son chemin, des touristes il en a vus d'autres! 



Remis de nos émotions, on arrive au bout du chemin au "sunset point". En contrebas il y a l'air d'avoir une jolie petite plage alors on descend. C'est un peu difficile d'escalader les rochers (attention car l'eau monte!) pour longer la bordure de végétation, mais ça vaut le coup puisqu'on arrive à ça:




Que c'est beau! Néanmoins on déchante un peu en se baignant car il y a pas mal de détritus qui flottent dans l'eau...Pendant que je lézarde sur le sable, Fabien s'aventure plus loin en continuant de longer la bordure et il m'appelle à grands cris, il y a un super spot avec plein de coraux! On attrape les masques et les tubas et c'est parti pour une bonne heure de snorkeling. L'eau est turquoise, les coraux multicolores et il y a une multitude de poissons, un vrai bonheur (on a pris plein de vidéos, on fera un montage comme pour le Japon). Ce qui est impressionnant c'est que la barrière de corail s'arrête net, au-delà ça descend à pic et c'est tout sombre.

On est encore blancs comme des lavabos!



Après cette mémorable trempette on rentre sur la plage principale où on s'attable à un bon resto. La nourriture est exquise, on a vue sur la mer et il fait chaud, je peux vous dire qu'à ce moment-là Paris et sa neige nous semblent à des milliers d'années-lumière! On aurait presque envie de laisser filer langoureusement l'après-midi mais quand même, ce blog ne s'appelle pas Pralinette en vadrouille pour rien, un petit trail nous attend. Un sentier traverse en effet l'île et s'il ne présente rien de particulier, c'est quand même sympa de se balader dans la végétation luxuriante.



A suivre: le striptease du Kinabalu!




Libélés : , , , , , , , , , .
Vous pouvez laisser un commentaire et suivre les réponses grâce à son flux RSS 2.0.

3 commentaires:

    titite a dit…

    ohlala, la plage ! dommage pour les détritus.
    j'adore l'ambiance des marchés, et tout cette bouffe ! contente de lire qu'a priori, tu n'as pas eu de désagréments alimentaires. en tous cas moi, leurs méga crevettes à la sauce rouge m'appellent bien (quoique si trop pimenté, je ne supporte pas)
    vivement la suite !

  1. ... le 7 avril 2013 à 10:48  
  2. Riri-cuisine a dit…

    Ca me fait vraiment chaud au coeur de voir ces photos, ces forêts luxuriantes, ce marché plein de couleurs et de parfums, ces eaux d'un turquoise irréel! Je suis sous le charme, la Malaisie est vraiment un pays fabuleux!

  3. ... le 8 avril 2013 à 17:43  
  4. Pralinette a dit…

    Merci les amis pour vos commentaires!
    J'imagine que ça doit te rappeler plein de souvenirs Riri :) Ce ne sera sûrement pas notre unique voyage là-bas, la prochaine fois on pense explorer le Sarawak

  5. ... le 9 avril 2013 à 12:13