Le climat (mars)

Les diverses informations récoltées ça et là ne sont pas très claires, puisqu'on on peut lire à certains endroits que le Sabah connaît ses plus fortes précipitations d'octobre à mars, tandis qu'ailleurs on souligne que le mois de mars est l'un des plus propices. Dans tous les cas la végétation luxuriante parle d'elle-même; au Sabah il pleut! A titre informatif c'est à KK et dans l'archipel de Semporna qu'il a fait le plus beau et chaud, et dans le centre vers le Kinabalu et Sandakan qu'il a fait le plus moche (pluies parfois torrentielles).
Les températures allaient de la canicule à la fraîcheur (notamment vers le Kinabalu, prévoir un petit pull). 

Climat de paradis à Sibuan


La voiture

On a loué notre voiture à l'aéroport de KK (deux jours seulement après notre arrivée ; il y a des bus qui font le trajet entre KK et l'aéroport donc pratique pour s'éviter la conduite en ville). Fabien a tellement l'habitude de rouler à gauche maintenant que ça ne lui a pas posé de problème particulier. Les gens conduisent assez bien même si certains sont vraiment imprudents pour doubler. Il y a en effet beaucoup de camions en circulation.
Globalement les routes sont correctes mais il y a quand même deux inconvénients:
- certaines sont parsemées de redoutables nids de poule, voire le béton est défoncé par endroits
- les véhicules polluent, mais alors un truc de ouf! Camions, 4x4, motos, tous rejettent une épaisse fumée noire qui vous asphyxie littéralement quand vous les suivez. Pour ma part je laissais toujours à côté de moi un petit pull pour pouvoir me le mettre sur le visage quand c'était trop irrespirable (ça peut être pas mal de prévoir un masque)

 


Les gens

Les habitants du Sabah sont particulièrement accueillants. Ils chouchoutent leurs touristes, en particulier hors des lieux les plus visités. Il y a peu d'Occidentaux sur les routes, donc vous ne passerez pas inaperçu si vous louez une voiture: des hommes venaient carrément serrer la main de Fabien quand on s'arrêtait manger, il avait l'impression d'être une star lol! J'ai eu l'impression que plus on descendait vers le sud, plus c'était pauvre (le pire a été Mabul où ça faisait vraiment bidonvilles), mais on ne se sentait pas en insécurité pour autant. On se faisait dévisager, parfois avec insistance, mais c'est tout.
En tant que femme le regard des hommes a parfois été pesant mais je me suis quand même sentie libre de m'habiller comme je voulais. Après c'est toujours difficile de déterminer si ce n'est pas mon tatouage qui attire les regards, je me fais parfois autant mater sur Paris! En tout cas c'est dans le sud où je me suis sentie le plus mal à l'aise vis-à-vis des hommes; et c'est d'ailleurs là que j'ai corrigé le type qui m'avait pincé les fesses...



Les randos

Pour escalader le Kinabalu il vous faut un permis spécial (allez voir ici le récit de l'ascension de Riri), à demander plusieurs mois à l'avance. De notre côté on s'est contentés de randos pendant deux jours dans le parc national du Kinabalu et c'était très bien. De nombreux sentiers sillonnent le parc, globalement faciles et agréables (pas de problème de balisage). Prévoyez néanmoins de vrais chaussures de randos car avec la pluie ça risque de glisser.

Une atmosphère brumeuse un brin magique règne sur les trails
autour du Kinabalu


Les animaux et la plongée/snorkeling

Le Sabah est un véritable paradis pour qui aime observer les animaux à l'état sauvage. Les "croisières" sur la Kinabatangan valent vraiment le coup, notre rencontre avec un orang-outan étant l'un des points forts de notre voyage. Fuyez le Sepilok orang-utan rehabilitation centre qui n'est autre qu'un vieux piège à touristes, mais attardez-vous à Labuk bay pour admirer en toute quiétude les merveilleux nasiques.
L'archipel de Semporna est une destination incontournable pour les amateurs de plongée ou de simple snorkeling comme nous. N'hésitez pas à tenter votre chance pour aller à Sipadan (de renommée mondiale). Même s'il faut en moyenne patienter deux semaines pour avoir de la place, il se peut que vous ayez la même chance que nous! Tortues, requins, vous n'en croirez pas vos mirettes...De manière générale, toutes les îles se prêtent à l'observation des fonds marins avec un simple masque et tuba; y compris celles près de KK telle Pulau Manukan.



Les logements

Nos hôtels et guest-houses à KK et Semporna n'étant pas vraiment dignes d'intérêt, voici les trois lieux qui nous ont marqués.

Slagon Homestay (parc national du Kinabalu): notre gros coup de cœur du voyage!! La tenancière et son mari sont absolument adorables, c'est simple on n'avait plus envie de partir. On y est d'ailleurs retournés lorsqu'on a retraversé le Sabah d'Est en Ouest pour revenir sur KK. On y a passé nos meilleures soirées, entre un anniversaire où on s'est retrouvés invités à la dernière minute, et nos retrouvailles avec nos retraités Japonais. Les chambres sont agréables et les lieux communs particulièrement conviviaux (vous pouvez manger sur place, c'est délicieux).





Panagakan dii tropical retreat (Sepilok): un très bon rapport qualité-prix, parfait pour les amoureux. Les petits bungalows sont mignons comme tout, avec une belle salle-de-bain en extérieur. Le coin est joliment aménagé et vous pouvez manger sur place (c'est moyen mais ça dépanne).


 Vue sur la végétation luxuriante

Camp d'Uncle Tan (Kinabatangan river): pour tenter l'aventure dans la jungle! On dort à quatre dans de petites cases ouvertes (sur des matelas avec moustiquaires). Les conditions sont sommaires puisqu'il n'y a pas d'eau courante (on se lave avec l'eau de la Kinabatangan), mais pas d'inquiétude, vous êtes totalement pris en charge et ça reste très accessible. Mention spéciale aux cuistots qui préparent des mets franchement délicieux et qui sont très attentifs au régime alimentaire de chacun (l'intolérance au gluten ils connaissent; vous pouvez d'ailleurs demander à vous préparer votre propre nourriture). L'ambiance est très sympa. Seul bémol: les moustiques qui pullulent évidemment. Pensez à prévoir des vêtements couvrants.



La nourriture

La nourriture malaise est excellente! On a mangé beaucoup de currys, de poissons, de fruits de mer, de poulet grillé et de plats à base de riz. C'est relevé, frais, fin, goûteux, un vrai bonheur. Vu la tête de certaines échoppes on peut se demander parfois si on ne risque pas l'intoxication, mais en tous les cas on n'a pas été malade de tout le voyage! Ce qu'on a préféré c'est le barbecue philippin qu'on peut déguster dans le marché de nuit de KK. Vous commencez par choisir les produits de la mer que vous désirez sur les appétissants étals (je vous recommande les énormes gambas!), on vous les grille et on vous les nappe d'une délicieuse sauce aigre-douce...




 Un très bon poisson dégusté sur le fronton de Semporna


Le Sabah sans gluten et sans lactose


Je n'ai jamais aussi bien mangé en voyage! Au début je crevais de trouille en voyant comment les plats étaient préparés dans les petits restos de rue (tout est cuisiné ensemble, les mêmes couverts sont utilisés pour servir différents plats, etc.) mais je n'ai eu aucun souci. Mystère et boule de gomme; du coup à la fin je mangeais une tonne de trucs sans poser de questions.
Ils servent beaucoup de grillades, donc avec un accompagnement de riz c'est parfait. Je ne crois pas qu'ils consomment de produits laitiers (à part dans les restos indiens bien sûr), donc ce n'est pas de ce côté-ci que vous craignez quelque chose. En revanche il faut se méfier de la sauce soja, la culture chinoise ayant imprégné les traditions culinaires. Et si vous êtes également intolérant au maïs, faites attention aux sauces qui sont souvent épaissies à la Maïzena (je n'ai eu des vertiges qu'une fois en prenant un plat chinois). 
Pour le matin évidemment soit vous mangez salé, soit vous ramenez vos propres trucs. Et puis on trouve beaucoup de fruits, je me suis fait plaisir aussi bien au petit-déjeuner qu'en dessert.





Libélés : , , , , , , , , , , , , , , , , .
Vous pouvez laisser un commentaire et suivre les réponses grâce à son flux RSS 2.0.

0 commentaires: