Pour le coup on peut dire qu'on a eu du bol car Fortune Beach -à vingt mètres à tout casser de notre petit bungalow- est incontestablement la plus belle plage qu'on ait vue à Grand Bahama. Elle se hisse largement dans le top 3 de mes plages favorites (les deux autres étant le sublime atoll de Sibuan à Bornéo et Kabira Bay sur l'île japonaise d'Ishigaki), mes critères de prédilection étant:
-une eau turquoise et transparente
-un caractère sauvage voire désertique
-et une bordure de végétation luxuriante

Fortune Beach est absolument magnifique; elle s'étend à perte de vue sur des kilomètres et des kilomètres de sable blanc. Outre les bungalows privés, il n'y a qu'un seul "grand" hôtel qui la borde, donc autant donc dire qu'elle est restée sauvage. Tous les matins on allait courir et pour en faire l'aller-retour on mettait plus d'une heure et demi en rencontrant à peine quelques personnes, la tranquillité assurée...Place aux photos, on l'a littéralement mitraillée!




 




Ma jambe enduite comme il se doit de 15 couches de crème solaire; 
j'ai la phobie du tatouage qui vire au bleu!

On s'est aventurés du côté des autres bungalows pour visiter un peu; ils devaient sûrement appartenir à des propriétaires privés car ils étaient quasiment tous vides mais très bien entretenus.

J'imagine bien deux petits vieux (tout bronzés évidemment) 
en train de se tenir la main en admirant le paysage^^





L'hôtel en question proposait quelques activités comme le jet-ski et le canoé-kayak. Le premier avait l'air sympa (en tous les cas les gens avaient l'air de bien s'amuser), mais le second je n'en voyais pas trop l'intérêt vu que l'eau ressemblait à une mer d'huile...Ils avaient juste l'air de crâmer! Le dernier jour on a vu un couple qui se mariait, apparemment ça se fait beaucoup sur l'île. Vu le décor ça se comprend!






J'étais toute folle car on pouvait apercevoir des raies à quelques mètres à peine du rivage! Elles étaient superbes même si c'était un peu effrayant de les voir passer aussi près de nous quand on nageait.




Le long de Fortune Beach (légèrement enfoncés dans les terres), se trouvent deux bars, le bar des Blacks et le bar des Blancs, à quelques dizaines de mètres l'un de l'autre. Je m'appesantis là-dessus car on sentait bien que chacun avait son histoire, les deux atmosphères étant très différentes...Dans le premier -tenu par un couple mixte- on a juste bu un verre. Le soir ça avait l'air super sympa car tous les locaux s'y réunissaient avec musique à fond, barbecue et compagnie. On a fait nos timides, on n'a pas osé se joindre à eux car ça faisait un peu soirée privée. Mais cela dit, je suis sûre qu'on aurait été tout-à-fait bien accueillis.

Dans le second - cette fois tenu par un couple d'expats- on a mangé un midi. Et ça nous a bien énervés car la nana faisait genre super serviable et tout, sauf qu'en fait elle nous a bien arnaqués entre le pourboire rajouté d'office (alors qu'il n'est pas censé être obligatoire; surtout pour un petit repas vite fait...) et le poulet compté en plus dans une salade caesar (la bonne blague, si on enlève le poulet dans ce genre de salades il reste quoi ?! Bref, ça ne valait pas mieux que les salades qui coûtent la peau du cul à Paris alors que y a rien à bouffer!). Le soir les expats s'y réunissent et personnellement je n'ai pas du tout aimé l'ambiance, ça faisait vraiment alcoolo et entre-soi un peu hostile.



Décor les pieds dans le sable
 J'ai goûté le conch, une spécialité locale;
pas mal mais un peu élastique

Et pour finir en beauté, quelques photos de la plage au crépuscule. Les propriétaires des bungalows avaient installé une table et des chaises, je vous dis pas le bonheur de prendre l'apéritif au son des vagues en regardant la nuit tomber... :)




Au prochain numéro: une dégustation d'un drôle de fruit au Rand Nature Center




Libélés : , , , , , , , , .
Vous pouvez laisser un commentaire et suivre les réponses grâce à son flux RSS 2.0.

1 commentaires:

    titite a dit…

    ohmondieuohmondieuohmondieu la plage au crépuscule. c'est trop beau !
    mauvaise ambiance quand des expat ouvrent un commerce et ne sont pas agréables ou arnaquent le chaland...

  1. ... le 12 avril 2015 à 14:07