Je suis loin d'être une routarde du voyage solo puisque je n'en ai que deux à mon actif (Taiwan et la Corée du sud) mais j'ai tellement kiffé et ça m'a tellement enrichie que je vous livre divers conseils et impressions qui pourront peut-être vous servir... 

 
Un sentiment de liberté totale

En préambule je dois souligner que j'ai beaucoup bourlingué avec mon ex-mari et que pendant longtemps je n'ai même jamais imaginé partir toute seule. Le voyage pour moi c'était à deux et avec son amoureux ! Je trouvais ça vraiment dommage de ne pas partager ces moments magiques avec la personne qu'on aime...Un divorce puis une rupture avec un bel abruti plus tard, j'ai décidé de me jeter à l'eau; hors de question que je renonce à ma passion parce que j'étais désormais célib. Ah que j'ai bien fait! J'ai opté pour Taiwan parce que je m'y étais déjà rendue avec mon ex-mari et que je me suis dit que ce serait easy pour commencer.

Dès les premières minutes en avion j'ai commencé à kiffer ma race d'être seule...Pour tout dire j'ai littéralement savouré mes vols à destination de Taipei et les dix jours qui ont suivi n'ont fait que confirmer cette impression. J'ai éprouvé pendant ce voyage une sensation de liberté extraordinaire: on fait VRAIMENT ce qu'on veut! Et il y a finalement peu de situation dans la vie où cela nous est donné...Même si on s'entend bien avec son partenaire de voyage, là on décide absolument de tout: aucun consensus, on se lève en organisant sa journée comme on en a envie, on visite ce qui nous chante, on vit à nos horaires comme bon nous semble...Bref le BONHEUR! Même si c'est très différent, j'ai un peu retrouvé le sentiment de liberté que je ressens à moto.




Vivre et ressentir les choses avec acuité

Du fait d'être en solo et de ne pas être distrait par les conversations, on est finalement beaucoup plus attentif à tout ce qui se passe. Pendant ce voyage j'ai beaucoup observé les gens, les situations; souvent je me posais sur un banc et je regardais la vie alentour. J'ai remarqué mille et une petites choses que je n'aurais sûrement pas vues si j'avais été accompagnée. J'ai été également plus sensible aux atmosphères qui m'entouraient. J'ai adoré avoir l’œil attiré par un détail et flâner au hasard. Evidemment ce n'est pas l'apanage du voyage solitaire mais disons qu'il est ici plus aisé de se laisser porter!

Et puis -bon là je fais dans le truisme car ce n'est pas un scoop!- en étant seul et en vivant ses petites aventures, on apprend beaucoup de choses sur soi. Sans aller jusqu'à parler d'introspection, on se retrouve tout de même confronté à soi-même en permanence et on est amené à devoir gérer de multiples situations, ce qui peut être très révélateur sur sa propre personnalité...


Deux petits vieux en grande conférence à Daan Park :p

 
Les rencontres et la solitude

Beaucoup de voyageurs solo soulignent qu'en fait on n'est jamais vraiment seuls. C'est vrai, et si vous êtes un(e) vraie(e) sauvage comme moi, il va même falloir parfois batailler pour préserver votre chère solitude! Car s'il y a une chose que j'ai bien comprise, c'est que les gens qui voyagent seuls ont en réalité bien souvent envie de trouver des compagnons de visite et de route!

Je suis très liante de manière générale mais si je suis partie seule (et non pas avec des potes qui avaient proposé de m'accompagner), c'était précisément pour vivre cette expérience TRANQUILLE. Or des fois c'était franchement abusé, certains bagpackers étaient carrément intrusifs et collants; j'en venais à prendre la fuite dès que je voyais un Occidental déambuler dans mon périmètre...Donc si de votre côté vous craignez la solitude, je vous rassure tout de suite: entre les locaux et les autres touristes, vous pourrez très bien ne pas rester seuls! (et dans ce cas-là privilégiez bien sûr les options d'hébergements type auberges de jeunesse, GH et couch-surfing).

Outre le fait que je suis allergique à toute forme de vie en communauté, c'est d'ailleurs aussi pour ça que j'avais loué des apparts. Ca m'a permis d'être  immergée dans la vie locale et de moins me faire coller. En revanche j'ai adoré discuter avec des locaux. Mon coup de foudre amical avec Kai a été une super aventure et j'en garde de merveilleux souvenirs.


 Kai de passage à Paris,
qui n'a pas eu peur d'enfiler les gants à mon club de mma!

En Corée j'ai aussi sympathisé avec Yoon-Jaehun,
qui m'a sauvé les miches
lors de l'ascension des pics du Bukhansan National Park


Nana solo

Bon alors rappelons immédiatement le contexte: Taïwan et la Corée du sud font partie des pays les plus sécures au monde.  On n'est pas vraiment au fin fond de l'Amérique du Sud dans une favela quoi! Si vous appréhendez de partir seules mesdames, Taiwan est la destination idéale. Pas de drague intempestive, pas de vieux regards graveleux et liberté de vous habiller comme bon vous semble, le pied...Il n'y a que des pêcheurs qui m'ont regardée une fois un peu d'un sale œil quand je me suis aventurée dans le coin reculé d'un port, mais je ne les sentais pas du tout agressifs, on était plus dans la démonstration de pouvoir symbolique caractéristique des entre-soi masculins. Sinon j'ai beaucoup vadrouillé la nuit seule dans les villes et zéro souci. Ceci dit on n'est jamais complètement à l'abri, donc évidemment il faut respecter des règles de prudence élémentaires comme on le ferait chez soi (et ce surtout vis-à-vis des autres touristes finalement).

Les Taïwanais n'ayant pas l'habitude de voir des femmes voyager en solo, ils ont parfois fait montre d'une certaine protection chevaleresque. C'était très gentil de leur part mais plus d'une fois j'ai dû faire preuve d'un peu de fermeté pour qu'on me lâche la grappe...

Pour la Corée en revanche ça a été une autre paire de manche...Je détaille dans les reviews mes rapports difficiles avec les hommes Coréens de plus de 40 ans (qui me mataient comme Zizou la girafe sans aucune gêne, ce qui m'a mise mal à l'aise quasiment tout le voyage), mais je pense que ce genre de réaction était aussi et surtout due au fait de mon physique un peu atypique (muscles et tatouages) qui venait redoubler leur étonnement de voir une femme voyager seule. Car finalement les femmes me fixaient presque tout autant (la langue pendante en moins  mais c'était tout aussi pesant...). Clairement je ne recommande pas la Corée si vous voyagez seule, mais c'est un avis strictement personnel en écho à mes expériences désagréables.




S'orienter et ne pas se perdre (quand on est un boulet)

Alors ça c'était mon gros stress! Du temps où je voyageais avec mon ex-mari, sur place c'était lui la locomotive et moi le wagon...J'ai un mauvais sens de l'orientation, aucune intuition en ce domaine et en plus je n'ai pas de smartphone, donc pas de GPS. Autant vous dire qu'avant de partir j'ai vraiment balisé de me perdre et de ne pas savoir me débrouiller. Et puis finalement ça s'est super bien passé, malgré d'ailleurs que les indications étaient parfois uniquement en chinois et que je ne comprenais rien. J'ai pris beaucoup de libertés par rapport à ce que j'avais prévu, décidant parfois sur un coup de tête de me rendre à tel ou tel endroit, et même de descendre du train complètement au hasard dans une ville qui me paraissait très sympa!

Mes petits conseils si vous êtes comme moi un boulet:
---) le maître mot est l’anticipation! Pour ma part, j'avais listé avant de partir l'ensemble des visites que je voulais faire et cherché pour chacune d'elles le moyen d'y accéder (adresse, station de métro, sortie exacte, trajet des rues à emprunter, etc.). Mine de rien ça m'a considérablement aidée sur place et fait gagner du temps. Et ce qui est rigolo c'est que plus d'une fois des touristes m'ont demandé leur chemin, le comble lol!
---) à l'office du tourisme, dans les gares ou encore à l'aéroport, je me fournissais en carte de la ville et en plans pour les transports en commun. Alors les cartes sont souvent pourries et seules les grandes rues sont indiquées, mais ça dépanne toujours.
---) ne pas hésiter à demander son chemin aux gens (sauf au Japon malheureux!); même s'il vaut mieux le faire en dernier recours car ça peut carrément devenir pénible quand on se met en tête de vous aider à tout prix et que du coup vous poireautez trois heures...
---) prendre des points de repère. C'est tout con mais si vous n'avez vraiment aucun sens de l'orientation ça peut vraiment vous être utile. Je le faisais souvent quand j'étais dans la nature: je repérais un truc au loin, en hauteur ou bien en évidence, afin de me situer au fil de mes pérégrinations.
---) prendre des photos! J'ai eu la bonne idée de photographier le matin en partant l'entrée de la tour de mon appart à Taipei, et heureusement car de nuit je ne reconnaissais rien, j'aurais eu un mal de chien à la retrouver...

 Démerde-toi!


Petits bémols?

A l'exception de mes rapports avec les Coréens, je ne retiens que du positif de ces voyages en solo. J'avais lu dans certains billets que l'on éprouvait parfois au début un sentiment pénible de solitude, mais si vous êtes un(e) vrai(e) solitaire comme moi, vous allez kiffer dès le départ je vous le garantis! Le seul petit bémol que je pourrais mentionner, c'est que c'est tristounet de manger seul au resto. Ca clairement, je n'ai pas aimé.

Pour le reste, que du bonheur...







Libélés : , , , , , , , , , .
Vous pouvez laisser un commentaire et suivre les réponses grâce à son flux RSS 2.0.

0 commentaires: