Sokcho compte deux grands lacs: l'un est préservé (Yeongnangho lake), tandis que les bords de l'autre sont très construits (Cheongchoho lake). Le premier était situé à deux pas de mon appart: je pouvais admirer le splendide coucher de soleil sur les eaux depuis ma fenêtre!

J'ai entrepris d'en faire le tour mais j'ai été assez déçue. Comme on en vantait le côté sauvage, je m'attendais à une balade dans un cadre naturel avec beaucoup de tranquillité. En fait le chemin longe une route relativement fréquentée, ce qui fait qu'on n'a pas vraiment l'impression d'être dans un cadre préservée. Certains spots sont quand même sympas car plus tranquilles, mais ça casse pas trois pattes à un canard.







Sur le chemin on peut accéder à un petit pavillon sympa et surtout qui est construit en hauteur au pied d'énormes rochers. C'est facile de les escalader (attention à avoir des chaussures qui ne glissent pas quand même!) pour admirer une jolie vue.




 


 

Après cette petite grimpette j'ai continué mon tour, mais ils refaisaient le goudron alors ça schlingait la mort! J'ai quand même trouvé un chouette coin pour pique-niquer, où on pouvait descendre près de l'eau, ce qui était quand même plus sympa que la route et les voitures. Sauf qu'au bout de vingt minutes, un couple est arrivé...pour faire voler son drone! J'ai donc fini mon pique-nique dans un vrombissement insupportable et des gloussements incessants ; bon de toute façon je suis maudite dans ce pays...






  Les rochers où j'étais tout à l'heure




 



J'avais repéré une balade autour de Cheongchoho lake à partir de la Sokcho Expo Tower [je n'ai pas pu y monter car elle était fermée ce jour-là, pas de bol] mais je n'en attendais pas grand-chose. Eh ben finalement c'était très cool et beaucoup plus tranquille que Yeongnangho lake; comme quoi! En fait ils ont aménagé la promenade à distance de la circulation, donc on peut vraiment respirer. On y admire des petits bateaux, des fleurs...et les sacrées ajuma qui y font leur exercice quotidien (entre vieilles biques copines, parées de leurs plus beaux atours fluos et coiffées de leur indévissable casquette).




 Le chemin qui défonce les pieds


 ATTENTIOOOOOON!!!!





 
 





J'ai déjeuné sur l'herbe, bien tranquillement, à proximité de petits groupes de nanas qui pique-niquaient elles aussi. J'avais en tête de piquer un petit roupillon mais c'était sans compter sur les pervers du coin, à qui je décerne la palme des vieux cons croisés dans ce pays. Les types s'arrêtaient pour se planter carrément devant moi pour me dévisager sans gêne aucune! Putain mais sérieux, j'avais envie de les fracasser! 








Pour terminer: les aspects pratiques pour ne pas mourir de faim dans ce pays si vous êtes vegan; et pour ne pas finir en prison pour avoir tapé une ajuma ou décalqué un vieux vicelard




Libélés : , , , , , , , , .
Vous pouvez laisser un commentaire et suivre les réponses grâce à son flux RSS 2.0.

0 commentaires: