J'avais jeté en grande partie mon dévolu sur Sokcho au regard des belles randos à faire dans le Seoraksan National Park, accessible en bus depuis la ville [prendre le bus n°7 ou 7-1 et descendre à  Sogongwon Entrance bus stop; en fait vous descendez avec tout le monde. L'accès au parc coûte quelques euros]. Au vu de mes mésaventures dans le Bukhansan, je craignais fortement de me retrouver encore à galérer avec mes pauvres baskets sur les trails...A l'office du tourisme cependant on m'a rassurée et effectivement, même si ça grimpe dur, on est loin des séances d'alpinisme improvisées: les chemins sont bien aménagés et ça ne glisse pas. Par ailleurs nul besoin de carte, c'est très bien balisé. J'avais pris en photo au cas où le panneau à l'entrée, mais au final je ne m'en suis même pas servie pour m'orienter.


Le plan des randos principales 


J'ai passé deux journées entières dans le parc et j'ai adoré. La nature est superbe et les trails sont chouettes comme tout. Le premier jour, le ciel était gris et il y avait du brouillard, mais finalement j'ai beaucoup aimé l'atmosphère un peu mystérieuse que cela conférait au lieu, notamment les écharpes de brume accrochées aux arbres (par contre ne faites pas le téléphérique s'il ne fait pas beau, vous ne verrez rien et ça ne vaudra pas le coup!). La fois d'après en revanche, il y avait un temps magnifique et croyez-moi, le paysage valait le détour...

La première rando que j'ai faite est celle qui mène à la petite cascade de Biryong. On commence par traverser le fameux et photogénique pont du Seoraksan, puis le chemin s'aventure dans la forêt avant d'arriver à des ponts suspendus, mon grand kiff!





 On trouve beaucoup de panneaux
 expliquant les étirements à faire








  

La petite cascade fait 16 mètres de haut et son nom signifie "Dragon volant", en écho à la légende selon laquelle une jeune femme aurait été sacrifiée au dragon vivant dans la chute d'eau, afin de lui permettre d'accéder au paradis et éviter la sécheresse (c'est toujours des meufs qui se font sacrifier, m'énerve ça!). 

On peut continuer en montant jusqu'à l'imprononçable Towangseongpokpo observatory. Il est indiqué à 400 mètres, sauf que c'est 400 mètres....de marches. Et des grosses. Et avec l'humidité ambiante. Donc c'est pas de la tarte Comme évidemment je ne suis pas patiente (et que je compte un peu trop sur mon cardio mode "Les doigts dans le nez haha, moi je fais du mma monsieur!"), j'ai fait ça au galop, résultat je suis arrivée littéralement sur les genoux et au bord de l'asphyxie, ah je ne faisais pas ma fière! Bon vu l'état des autres courageux, je m'en suis pas trop mal tirée, y en a un qui a failli nous faire un arrêt cardiaque, j'avais mal rien qu'à l'écouter souffler. 

 Encore 300m de souffrance


Franchement le panorama ne vaut pas trop le coup. On domine la forêt, c'est joli, mais si vous avez un cardio de merde vous allez morfler pour pas grand-chose. Par contre j'étais contente car il y avait trois copines en vadrouille qui m'ont fait de gentils sourires (de la chaleur humaine!!!) et qui m'ont même offert des clémentines. Ca devait faire 2 jours que je n'avais pas eu d'échanges chaleureux avec quelqu'un (je compte pas les vieux dégueulasses au sourire lubrique), alors ça m'a requinquée. 







Je suis redescendue pique-niquer dans le lit de la rivière qui est presque à sec. C'était royal avec la vue. Puis en route pour Sinheungsa temple! On serpente dans des petits jardins aménagés et on passe devant un magnifique et imposant Bouddha; par temps brumeux comme par temps clair il s'en dégage un truc incroyable car il semble contempler la montagne...


 




  




 

 




Sinheungsa temple vaut vraiment le détour. Les bâtiments en eux-mêmes sont superbes avec leurs couleurs pétantes et surtout il regorge de vieilles peintures, ce qui lui donne un cachet très particulier. N'hésitez pas à vous aventurer à l'arrière où l'on trouve de belles sculptures.
















J'y suis retournée le 2ème jour quand il faisait beau






J'ai fini mes randos assez tôt dans la journée, du coup j'ai eu la merveilleuse idée de redescendre à pieds sur Sokcho au lieu de prendre le bus. C'est là qu'on se dit que si on n'était pas seule, y en aurait eu au moins un pour se rendre compte à quel point c'était stupide, quand on sait qu'en bus il faut environ 50 minutes de trajet. Au bout d'une heure et demi je n'en voyais pas le bout...J'ai donc fini par reprendre le bus, sauf que vener et un peu frustrée d'avoir marché pour rien le long de la route, je suis redescendue du bus dès que j'ai vu la mer. Après m'être baladée à Daepohang Port et Sokcho beach, je me suis dit que je n'était plus à ça près et que je pouvais bien finir à pattes jusqu'à la maison. Et comme j’en avais marre d'arpenter les ponts de Sokcho, j'ai contourné le lac par l'autre côté. Sauf que ça rallonge à mooooooort; quand on est un boulet (et entêté avec ça car je ne voulais pas déclarer forfait et reprendre une 3ème fois le bus!) on l'est jusqu'au bout. Résultat des courses je suis arrivée à la nuit tombée.

 Au pied du parc, il y a beaucoup d'hôtels (charmants au demeurant) 
pour accueillir les touristes durant la pleine saison

 Ce petit siège posté à côté de la route m'a fait mourir de rire!
 La Sokcho Expo Tower


Au prochain numéro: Des Coréens suicidaires prêts à tout pour une belle photo!




Libélés : , , , , , , , .
Vous pouvez laisser un commentaire et suivre les réponses grâce à son flux RSS 2.0.

2 commentaires:

    titite a dit…

    Que de belles randonnées !
    Les panoramas sont vraiment superbes, on dirait des estampes.

  1. ... le 21 janvier 2018 à 18:24  
  2. Pralinette a dit…

    Grave, je pense qu'un peintre se ferait plaisir :)

  3. ... le 21 janvier 2018 à 18:45