Une idée que j'ai chipée sur la blogosphère et qui s'est révélée fort gourmande...Ca change un peu des cookies classiques, car le cœur fondant chocolaté dégouline à chaque bouchée. C'est très miam ! 😋 A déguster impérativement tièdes, à la sortie du four (c'est toujours là le meilleur!) ou légèrement réchauffés. 


Si on a le temps, on peut préparer la ganache la veille, la verser au fond de petits moules en demi-sphères et congeler. Le lendemain, ce sera alors beaucoup plus simple de former les cookies, car le cœur sera bien dur. 

(pour une version sans gluten comme moi: farine de riz) 


(Pour une dizaine de petits cookies)

- 170 g de farine
- 100 g de cassonade
-  60 g d’huile neutre (tournesol...)
- 3 CS de fécule de pomme de terre
- 3 CS d’eau tiède
- 2 CS de lait de riz (ou soja, amande, avoine...)
- 1 CS d'extrait de vanille 
- 1cc de levure 
- 1 pincée de sel
- 150g de chocolat
- 100g de crème de riz (ou d'avoine, soja, amande...)


1) faire fondre 100g de chocolat avec la crème de riz
2) bien mélanger, laisser refroidir puis placer au frigo jusqu'à ce que la ganache ait bien durci (au moins 2h)
3) mélanger la farine avec la fécule, la levure, le sel et la cassonade
4) ajouter ensemble l'huile, l'eau, le lait végétal, la vanille et 50g de chocolat en petites pépites;  remuer juste assez pour incorporer (si la pâte est trop sèche, rajouter un peu de lait)
5) former des boules de pâte sur une plaque de four recouverte de papier sulfurisé et les aplatir un peu
6) placer une cuillerée de ganache au chocolat au milieu de chaque cookie et refermer la pâte autour. Aplatir doucement à nouveau
7) faire cuire plus ou moins 10 minutes selon vos préférences (ils durcissent ensuite en refroidissant) et déguster tièdes! 








 
Une petite bûche-chalet au chocolat pour attaquer l'année 
en beauté et en gourmandise ^^
(j'ai piqué cette belle idée ici




 



Ma meilleure amie est fan de banana bread. Du coup je lui en fais souvent dès que j'ai des bananes bien mûres qui traînent dans ma corbeille de fruits (et que les enfants dédaignent!). Mais j'ai eu envie de changer un peu et j'ai testé cette recette de marbré (vegan of course). Il est bien gonflé et moelleux! 

J'ai néanmoins apporté quelques modifications à la recette initiale: j'ai ajouté un petit peu d'huile, j'ai beaucoup baissé la quantité de sucre et surtout j'ai utilisé du chocolat fondu à la place du cacao pour marbrer la pâte. Pour une version plus light en matière grasse je vous invite donc à respecter les proportions de Barbara; mais bon on reste quand même sur de la pâtisserie très très raisonnable...

(pour une version sans gluten comme moi: farine de riz)


Pour 8 petites parts

- 3 bananes bien mûres
- 30g d'huile
- 60g de cassonade
- 60g de chocolat noir
- 1 cc de vanille
- 1/2 sachet de levure
- 1 pincée de sel
- 3 CS de lait végétal (riz, soja...)
- 180g de farine


1) écraser les bananes pour en faire de la purée [moi je le fais avec les doigts]
2) ajouter l'huile, le lait végétal, la cassonade, le sel et le vanille; bien mélanger
3) incorporer la farine et la levure; bien remuer jusqu'à obtenir un mélange homogène
4) verser les 2/3 de la pâte dans un moule à cake
5) faire fondre le chocolat et l'ajouter au 1/3 restant de pâte
6) verser la pâte chocolatée par-dessus la pâte à la banane dans le moule
7) avec un couteau à bout rond, dessiner des tourbillons pour marbrer le cake
8) faire cuire environ 35-40 min à 180°







Des recettes de gâteau vegan chocolatés, j'en ai déjà plusieurs qui me ravissent les papilles. Mais quand j'ai vu cette recette de Mélanie j'ai eu envie d'enrichir encore mon répertoire. J'ai bien fait, il est absolument délicieux! Ma copine guerrière de la muay thaï l'a goûté après l'entraînement et l'a tellement aimé qu'elle l'a refait pour son fils quelques jours plus tard! Il est vraiment moelleux et plus gourmand que mes autres gâteaux, car il contient du chocolat et pas seulement du cacao.

N'hésitez pas à doublier les doses car sinon ça donne un petit gâteau. Pour ma part j'avais rajouté un petit glaçage au chocolat pour une version encore plus gourmande (c'est qu'on a besoin de recharger les batteries après la castagne!).

(pour une version sans gluten comme moi: farine de riz)


Pour 4 personnes

- 125g de farine
- 25g de Maïzena (ou fécule de pomme de terre)
- 50g de sucre de canne
- 2 CS de cacao non sucré
- 50g de chocolat
- 1/2 sachet de levure
- 200g de lait végétal (riz, soja, etc.)
- 75g d'huile (tournesol ou coco désodorisée)
- 1 pincée de sel
- 25g de café [moi je n'en ai pas mis]

1) faire fondre le chocolat avec l'huile, le café et le lait végétal
2) mélanger à part la farine, la levure, le sel, le cacao, la Maïzena et le sucre de canne
3) ajouter les ingrédients liquides aux ingrédients secs, et mélanger doucement avec un fouet jusqu'à obtenir un mélange homogène
4) verser la pâte dans un moule huilé et faire cuire environ 25 min à 180°





 

Le climat (mars)

La météo a été changeante mais agréable dans l'ensemble! On a parfois eu très chaud, notamment dans la capitale ou dans la jungle à Gamboa, mais il y avait souvent des nuages donc c'était supportable.
C'est à El Valle de Antón qu'on a eu le plus frais; il y soufflait un vent de ouf! On y a d'ailleurs essuyé quelques grosses averses, mais heureusement ça ne durait pas. Mieux vaut tout de même prévoir un petit k-way quand vous partez en rando.
La baignade à Bastimentos était un peu fraîche mais ça allait, on a quand même bien fait trempette. 





Les gens

Les Panaméens sont vraiment sympas! Dans la capitale ils venaient spontanément nous aborder pour demander si on avait besoin d'aide. De manière générale on a eu de très bons contacts et on les a trouvés accueillants, souriants et serviables. Les plus cools étaient les locaux de Bastimentos, ambiance rasta hyper détente.

Les rapports de genre en tant que touriste femme ne sont pas du tout problématiques à gérer. Entre nous soit dit on a trouvé que c'était un peuple superbe; ils sont vraiment bien gaulés! Les mecs sont bien bâtis et les nanas n'hésitent pas à mettre en valeur leurs très belles formes. Du coup on se sent soi-même à l'aise pour claquer le mini-short!





Les randos

C'est à El Valle de Antón et dans le parc national de Soberania que vous pourrez vous faire plaisir avec de chouettes randos (de bonnes baskets suffisent). A El Valle les paysages sont magnifiques, alternant entre petites montagnes, cascades et jungle. Il y a un paquet de trails à faire. Dans la forêt vous pouvez normalement observer des paresseux mais on n'a pas eu cette chance-là.

On a aimé se balader dans le parc de Soberania même si la végétation n'était pas incroyable. Par contre on a adoré entendre et voir les singes tout au long de nos pérégrinations, c'était juste magique.  Je pense que si vous restez suffisamment sur place au Panama, ça vaut le coup de pousser jusque dans les autres parcs nationaux, qui sont moins faciles d'accès mais sûrement plus sauvages. 




La location de voiture

Avant de partir, on a pas mal hésité entre louer une voiture ou utiliser les transports en commun. Rétrospectivement je vous conseille de louer une voiture si vous pouvez le faire. Il y a certes des bus pour rejoindre pas mal de destinations, mais à Gamboa ou El Valle, sans votre propre moyen de locomotion vous allez galérer ensuite sur place pour vadrouiller (tout est trop éloigné pour rayonner à pied). Même dans la capitale c'est des fois compliqué tant les distances sont grandes. Le dernier jour où on n'avait plus la voiture, on s'est débrouillés avec le métro et à pied, mais ce n'est pas agréable de marcher et les temps de trajets étaient très longs. 

L'inconvénient de la voiture c'est qu'ils conduisent comme des grands malades. Le clignotant est en option (à se demander même si les voitures en sont équipées), ils grillent les feux, forcent le passage; franchement c'est flippant! Et pourtant on est tous les deux motards sur Paris, donc autant dire qu'on a l'habitude des dangers de la route! Mais là c'était tendu; mieux vaut donc avoir un peu d'expérience de conduite si vous envisagez de louer une voiture. En plus les routes sont souvent défoncées et beaucoup de passages sont dangereux (mention spéciale au croisement en plein milieu de l'autoroute!). Prévoyez impérativement une carte SIM sur place pour avoir un GPS, la signalisation est très très mauvaise (je n'ai jamais utilisé de GPS de ma vie à moto et là j'étais perdue...).


L'absence totale de plaque sur la voiture de location, 
qui nous a valu notre petite mésaventure avec les flics!



Les logements 

On est passés par Airbnb pour presque tous nos logements, et je vous recommande particulièrement ces trois-là:

Gamboa on a loué cette magnifique maison. Un charme incroyable, une vue de dingue sur la jungle, un réveil aux sons des oiseaux et des singes, le canal du Panama juste à côté, des petits agoutis qui vadrouillaient dans le jardin, une pièce à hamac environnée d'arbres; bref le meilleur Airbnb qu'il nous ait été donné de louer!

El Valle de Antón on a résidé dans ce petit bungalow. C'était un peu rustique mais ça suffisait largement et le cadre arboré était superbe. En plus de ça le propriétaire, un vieil Américain qui a épousé une Panaméenne et qui vit maintenant seul avec ses toutous, est gentil comme tout. 

Enfin sur l'île de Bastimentos on s'est fait plaisir avec cet incroyable bungalow sur pilotis. La dame chargée de nous accueillir était un véritable amour. La vue est dingue, on entend le bruit de la mer et en même temps c'est très cosy. Une belle expérience que vous ne regretterez pas. 


Le budget

Ca a été là le point épineux du voyage...Autant le billet d'avion n'était pas cher, autant tout le reste nous a coûté...Que ce soit la nourriture, les restos, les activités, la location de voiture; tout était cher. Ca nous a surpris, mais bon, ce n'est pas parce qu'on est en Amérique Centrale que le coût de la vie est bas: le Panama est bel et bien un paradis fiscal. Du coup ça se ressent au quotidien. Globalement on est sur le même budget que dans un pays européen.




Le Panama vegan / sans gluten 

Globalement je suis parvenue à me nourrir très correctement! Il y a de bons restos indiens dans la capitale donc facile d'y manger vegan. Ils consomment pas mal de viande mais on arrive à trouver des alternatives assez facilement. On ne se sent pas un extraterrestre parce qu'on est vegan...

Evidemment avec mes autres restrictions alimentaires c'était des fois un peu compliqué (j'ai d'ailleurs fait quelques exceptions au niveau du poisson...), mais j'ai connu largement pire [jusqu'à présent la Corée reste le plus galère des pays pour moi!]. Je trouve que les restos sont bons et proposent souvent des plats simples élaborés avec des produits frais : des bananes plantins, du riz, des patates douces, des légumes... 

Si vous êtes gluten free n'ayez crainte, vous parviendrez sans problème à vous sustenter. Non seulement ils connaissent mais la nourriture locale convient à ce type de régime alimentaire. En plus il est facile de s'acheter de quoi cuisiner dans les supermarchés.






 

Après notre périple à El Valle de Antón, nous voilà partis pour découvrir un autre type de paysage au Panama, cette fois-ci balnéaire. Les séjours à la plage n'ont jamais été trop mon truc (je préfère mille fois la forêt ou la montagne), mais Chéri quant-à-lui kiffe, et les images paradisiaques trouvées sur Google ont achevé de me convaincre. On a donc pris un vol interne pour Bocas del Toro. J'adooooore les vols internes! Souvent l'ambiance est détendue et les paysages à travers le hublot sont superbes.

L'aéroport de Bocas del Toro est vraiment minuscule (mais il est international attention!), il comporte une seule piste. On a même vu une partie de baseball qui se jouait sur un terrain en bout de piste!




 



A peine arrivés, on part direct pour l'île de Bastimentos, qui est à une bonne vingtaine de minutes en bateau. Bastimentos reste un souvenir fort du Panama (et de mes autres voyages d'ailleurs), car il s'en dégage quelque chose de très apaisant et de préservé d'un point de vue culturel comme naturel (à mille lieux de Bocas town comme j'y reviendrai plus loin). 




J'avais mis le paquet sur le Airbnb - un bungalow sur pilotis - qui constituait en fait le cadeau d'anniversaire de Chéri. On y a dormi une seule nuit mais je m'en rappellerai longtemps, c'était vraiment une chouette expérience. Imaginez un bungalow donnant directement sur la mer, tout en bois, avec une vue totalement ouverte sur l'océan qui vous donne l'impression de dormir au ras des flots...Un enchantement! 



La vue côté gauche...
Et côté droit :p


L'accès au bungalow


Bon par contre pour se baigner c'était beaucoup moins paradisiaque que sur les photos. L'eau n'était pas très transparente et surtout le fond était plein de vase; perso ça me dégoûtait de poser les pieds sur le fond tout visqueux....Il y avait aussi malheureusement pas mal de déchets sur les rivages, notamment des bouteilles de plastiques échouées [entre parenthèses je vous invite à regarder l'excellent documentaire "Coca Cola, leader pollueur" qui explique très bien à quel point l'industrie des sodas - ces merdes pour la santé autant que pour la planète - polluent les océans. Avec Bastimentos et Bocas on est en plein dedans; il n'y a pas de station de recyclage et les coûts seraient astronomiques pour envoyer les déchets plastiques vers une station sur le continent. Donc soit ça reste, soit c'est brûlé en dégageant des fumées bien toxiques].

Les couchers de soleil étaient fantastiques, ça compensait totalement notre petite déception sur la baignade. Un festival de couleurs allant du jaune au rouge, on en pris plein les mirettes!

Notre magnifique bungalow vu depuis le rivage







L'ambiance à Bastimentos n'a rien à voir avec ce qu'on a pu ressentir avant au Panama. Déjà la langue maternelle de la population locale est l'anglais créole. Les locaux descendent en effet de la main  d'œuvre antillaise (esclaves...?) qui travaillait dans les bananeraies. La petite ville (Old Bank) compte environ 700 habitants et s'étend autour d'un unique trottoir. 

Ici peu de touristes - et c'est ce qui fait tout son charme! - on est vraiment au contact de la population. Beaucoup de jeunes (qu'est-ce qu'ils sont beaux!), d'enfants, de mamas; ça vit et c'est super agréable de se promener en observant simplement autour de soi. Bon par contre ça sent grave la beuh un peu partout!


Deux diables costumés ont défilé en faisant peur aux enfants!


Le soir on a mangé un excellent repas (que du frais et fait maison) 
dans un des petits restos donnant sur la mer



Le lendemain, après une bonne nuit à s'endormir et à se réveiller au son du clapotis des vagues, on se dirige vers un petit troquet coloré en lisière de la jungle, où on a droit à un petit-déjeuner compris avec la nuit dans le bungalow. La cuisinière vient à peine d'arriver, on sent que la pauvre est un peu bousculée par notre arrivée matinale. Mais cette dame est un vrai rayon de soleil, elle est tout sourire et s'active pour nous préparer des pancakes aux bananes, des œufs brouillés et des fruits.  

Tellement plus sympa que l'ambiance guindée et froide de la salle du petit-dej du Mariott!



Tout ragaillardis par la bonne humeur et le délicieux petit-dej de notre mama locale, on s'attaque au trail qui traverse l'île pour arriver à Wizard beach. Alors attention, équipez-vous de bonnes chaussures car le sentier est hyper boueux! Par endroit on s'enfonce presque jusqu'au cheville dans la gadoue, ça patine à mort et il y a des descentes et des montées (faciles en terme de dénivelé mais galère avec la boue). On a croisé des touristes en claquettes au début du chemin, ben bon courage...

Au bout d'un moment on entend de drôle de bruits, des craquements et des mugissements...Pour ma plus grande joie, on finit par tomber nez-à-nez avec un troupeau de vaches locales! Elles sont trop belles, avec leurs longs cils et leurs belles oreilles tombantes. Elles se baladent toutes seules et suivent aussi le chemin, en s'arrêtant de temps à autre pour manger.







A la fin du sentier, après une dernière descente épique dans la boue, on finit par déboucher sur la plage. Et quelle plage! Sauvage comme je les aime, avec une légère brume marine qui flotte dans l'air, de la végétation qui borde le rivage, et hormis quelques surfeurs au loin, pas un chat! C'était magnifique. Et vlà-ti-pas nos vaches qui nous rejoignent pour profiter elles aussi du beau sable fin. Y a pas de raison, après tout elles sont chez elles! On s'est baignés malgré des vagues assez fortes, mais l'eau était bonne. 











On serait bien restés plus longtemps sur Bastimentos. [Si vous y allez, je vous conseille d'y dormir au moins 2 nuits]. Bien à regret, on est retournés sur Bocas town et là je peux vous dire que l'ambiance n'avait rien à voir...Des hordes de touristes (il n'y avait quasiment pas de locaux, hormis les commerçants), des Occidentaux éméchés, des vendeurs qui vous accostent sans arrêt pour vous refiler des excursions, de la musique tapageuse; bref une horreur! Après le calme de notre petite île, on a vraiment eu du mal à s'acclimater. En tout cas moi j'ai détesté, mais il faut dire que j'aime le calme et la nature, je ne suis jamais plus heureuse que lorsqu'il n'y a aucun autre bipède à des kilomètres à la ronde...Si de votre côté vous aimez sortir et faire la fête, vous aimerez certainement. 

Notre bungalow en périphérie était sympa mais rien à voir avec le précédent. Bon heureusement on était au calme et il était spacieux. Initialement on voulait se rendre à Boca del Drago, mais il pleuvait et le temps qu'on patiente pour que la météo s'améliore, la journée était déjà trop avancée. Du coup on a été à la plage la plus proche de notre bungalow, elle était super moche lol! On s'est juste baladés un peu mais elle faisait clairement pas rêver. 



Le barman était sympa 😛 (et beau gosse! 😍)
Le soir l'entrée était joliment éclairée


On a été dîner en ville, on a eu du mal à se décider où manger. On s'est finalement posés sur la terrasse d'un resto-bar sympa, avec un genre de piscine qui était en fait la mer sous nos pieds! Chéri - qui 1) boit de l'alcool et 2) aime la vie nocturne comparé à moi qui m'enterre avec joie à 22h dans ma tente, mon bungalow ou mon appart selon les circonstances - voulait sortir s'ambiancer un peu. En traînant les pieds et en ronchonnant, je le suis à la recherche d'un bar ou d'une discothèque. J'avoue, je suis très rabat-joie dans le style vegan/ne fume pas/ne boit pas/ne sait pas danser (mais sait très bien taper si y a une baston par contre! 😁). A mon grand soulagement, il m'a finalement entraînée dans un concert gratuit où un type plutôt charismatique vêtu d'un genre de peignoir chantait un genre de rock. Un peu chelou mais marrant.


La fausse piscine avec les vraies petits poissons



Mon plus beau souvenir sur Bocas Town reste finalement cette adorable petite chattoune qui rôdait à proximité de notre bungalow. Ohlala celle-ci je peux vous dire que je l'aurais bien embarquée avec nous à Paris, c'était un vrai mamour! Elle adorait les caresses et nous suivait partout; même Chéri a craqué et l'a laissée rentrer. On lui a donné une boîte de thon, elle était toute contente, ce fut son Noël avant l'heure! 





Et voilà, notre voyage touchait à sa fin! Après ça on est rentrés sur Panama où on a passé une dernière nuit, puis retour à Paris retrouver les enfants...Quel beau voyage! Ca m'a donné vraiment envie d'explorer l'Amérique centrale et du Sud, moi qui ne connaissais pas du tout ces coins-là.


Pour finir: les traditionnels aspects pratiques